mercredi 31 mai 2017

Invitée de Radio Notre Dame

"La mort n'est certainement la fin de rien, et certainement pas la fin de l'amour", ai-je écrit dans mon livre. 

Il y a 5 ans jour pour jour disparaissait l'amie libanaise à qui est dédié mon livre "La Nuit s'évapore".

Dans ce recueil de nouvelles, la narratrice part en quêtes d'histoires positives pour l'aider à traverser les étapes du deuil : tous inspirés d'histoires vraies, ces récits portent sur la perte d'un être cher, ou la perte d'un amour, un changement de vie douloureux ou complexe, une reconversion professionnelle ou une voie de résilience après des violences conjugales ou encore le deuil d'une certaine image de soi afin de vivre mieux... La narratrice recueille dix histoires étonnantes qui l'accompagnent dans les différentes phases de son deuil. Et la dernière nouvelle raconte le destin exceptionnel de son amie décédée trop tôt.

C'est un livre plein d'espoir qui repose sur une conviction : que vivre un drame peut nous donner la chance de renaître - et que nos disparus continuent de vivre autrement en nous.   

La narratrice me ressemble pour une part, et j'ai eu la joie de rendre hommage à cette amie libanaise en parole et avec un morceau de musique de la chanteuse Fairouz, lorsque j'étais interviewée dans l'émission "Signature musicale" de Radio Notre Dame diffusée cette semaine.

Vous pouvez l'écouter en podcast en cliquant ici !